Rechercher
  • Objectifs Audoniens

Mains d'Œuvres : Prise de parole de Brigitte Bachelier

Prise de parole de Brigitte Bachelier, conseillère municipale du groupe « Objectifs Audoniens », lors du conseil municipal du 12/10/19


« Mains d’œuvres et la municipalité ont signé un protocole en 2015. Celui-ci a permis qu’un plan de redressement soit établi pour permettre à MO de se rétablir des difficultés financières dans lesquelles l’association était alors empêtrée.


Dans ce contexte, l’effacement de la dette et le loyer à 1 euro proposés par le conseil municipal y ont contribué aussi.


Ces deux documents font état d’une condition sine qua non : « la délocalisation de MO » avant la fin 2017.


Je rappelle qu’à cette époque, il n’y avait ni autant d’activités ni autant d’associations, de nombreuses plaintes déposées contre l'association pour nuisances et la fréquentation comptait plus d'usagers parisiens qu’audoniens.


Sur cette base, il a été décidé d’installer, à la place et au départ de MO prévu le 31 décembre 2017, le nouveau conservatoire municipal.


Depuis ce jour nous avons travaillé à la réalisation de ce conservatoire qui est une nécessité pour les élèves et les professeurs hébergés dans le château de Saint Ouen sur Seine. L’architecte a été choisi ainsi qu’un projet que vous avez vu dans le journal de la ville. Le conseil a voté à l’unanimité, dans un consensus on ne peut plus démocratique.


Le changement de direction de MO, intervenu en 2017, a entraîné un revirement de situation. Nos nouveaux interlocuteurs n’ont pas accepté le protocole tel qu’il avait été signé et acté démocratiquement.


La direction a refusé les locaux qui lui ont été proposés, développé de nombreuses activités alors même qu’elle savait qu’elle mettait les familles et les artistes dans une situation précaire à leur insu.


Il suffit de regarder les réseaux sociaux et les effusions qui ont suivi l’expulsion pour se rendre compte que tous n’étaient pas au courant de la teneur du jugement.


Autrement dit, la colère tient en grande partie à une duperie quant à l’avenir de l’association dans ces locaux, condamné depuis 2015. 


Il est important que MO se relocalise, à Saint Ouen ou ailleurs. C’est essentiel pour la vitalité de notre création artistique car c’est un lieu exceptionnel. 


En tout état de cause, nous avons accueilli et aidé toutes les associations qui nous en ont fait la demande. J’insiste notamment sur le fait qu'il faut conserver la Momo à Saint Ouen, c’est une offre nécessaire et utile.


Quoi qu’il en soit, nous œuvrerons pour que la médiation proposée par le Ministre de la Culture puisse aboutir afin qu’une solution satisfaisant toutes les parties soit trouvée.


Je regrette que la présidente de MO, dont le tribunal de Bobigny disait que sa personnalité charismatique était une garantie de la réussite du plan de redressement et de son respect, n’ait pas été notre interlocutrice.


Je vous remercie de votre écoute. »